Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Projet Poufsouffle: des étagères partout!

Publié le par Froutt²

Premier élément de mobilier du projet Poufsouffle / chambre d'ado geek mais sobre, des rangements. Toutes ces étagères – de fabrication maison – existaient déjà dans la précédente version de la chambre, et ont été soit simplement repeintes dans les nouvelles couleurs de la chambre, soit refaites pour plus de solidité.

Projet Poufsouffle: des étagères partout!

La bibliothèque dans le renfoncement du mur est constituée de crémaillères en bois et de planches de contreplaqué repeintes en gris « granit » Luxens, dans les nuances n°3, 4 et 5. Je déconseille fortement ce type de crémaillères pour cet usage. J’ignore pourquoi ce modèle avait été choisi lors de la création de la bibliothèque, plutôt que des crémaillères métalliques avec des petits taquets, moins épaisses, plus simples à mettre en œuvre et facilement modulables.

Alors pourquoi les conserver ? Je n’ai pas réussi à la détacher, et j’ai hésité à y aller en force – je voulais m’éviter une grosse séance de rebouchage, enduit et ponçage. Bref, la flemme les a sauvées.

Les étagères vides, tout juste repeintes et posées

Les étagères vides, tout juste repeintes et posées

La Potter’othèque est constituée de 3 boites en médium.

J'ai utilisé du médium en 15mm d'épaisseur, aux dimensions suivantes:

  • 4 planches de 35cm par 20 cm pour l'étagère carrée;
  • 2 planches de 25cm par 20cm et 2 planches de 45cm par 20cm pour l'étagère rectangulaire du haut;
  • 2 planches de 25cm par 20cm et 2 planches de 65cm par 20cm pour l'étagère rectangulaire du bas.

Quand je les ai fabriquées, je ne maîtrisais pas encore l’assemblage chevillé-collé, donc j’ai vissé et caché les têtes de vis à la pâte à bois, selon le schéma d'assemblage ci-dessous. Ce n’est pas optimal, mais comme les boites sont petites, ça passe.

Projet Poufsouffle: des étagères partout!

Les étagères ont été repeintes en gris « granit » Luxens, dans les nuances n°5 (étagère carrée), 4 (étagère rectangulaire du haut) et 3 (étagère rectangulaire du bas).

La Potter'othèque presque remplie

La Potter'othèque presque remplie

Publié dans Déco intérieure

Partager cet article
Repost0

Vive le cirque!

Publié le par Froutt²

Le cirque, encore et toujours! Le cirque est une des grandes passions de Mademoiselle; elle a tout de suite accroché, dès son premier cours... il y a plus de 10 ans maintenant. Comme les circassiennes grandissent, il leur faut de nouvelles tenues, pour les spectacles de fin d'année ou tout simplement pour se déguiser.

Vive le cirque!

Comme sa toute première robe de cirque, cette tenue est une déclinaison du modèle "Cyclamen" de l'ouvrage "Contes de fées intemporels" d'Astrid le Provost. J'ai modifié le patron du bustier pour l'agrandir, Mademoiselle ne portant plus de 10 ans (la plus grande taille du livre) depuis un moment.

L'idée était de créer une tenue assortie aux jolies chaussures de clown offertes pour un anniversaire il y a bien longtemps (l'avantage de ces chaussures étant de pouvoir être portées du 32 au 38). D'où le choix des couleurs et des motifs. La base de la robe est réalisée dans un coton jaune tout simple, avec deux épaisseurs de tulle rigide rouge en guise de jupon, et les détails ont été rapportés en coton rouge. la partie bustier est également doublée en coton jaune.

Vive le cirque!

La jupe est agrémentée de bandes rouges cousues de loin en loin. Pour mettre ces bandes en valeur, j'ai formé des plis à la taille, plutôt que de froncer comme sur le modèle d'origine.

Sur le bustier, j'ai placé des étoiles rouges. Elles sont fixées au thermocollant double face, puis rebrodées à la main pour plus de netteté et de brillance.

Vive le cirque!

La broderie est réalisée en fil "Metallisés tressés n°4" du Ver à Soie, coloris n°003. Les métallisés de cette marque sont fantastiques: coloris superbes, faciles à travailler et qui ne partent pas en vrille comme d'autres marques très connues. J'ai brodé deux fines lignes au point de tige, l'une légèrement à l'intérieur de chaque étoile et l'autre juste à l'extérieur. Puis j'ai rebrodé les deux lignes ensemble d'un point de surjet, ce qui donne un joli cordonnet net et fin.

Publié dans La malle aux costumes

Partager cet article
Repost0

Projet Poufsouffle - Inspiration et toile de fond

Publié le par Froutt²

Les enfants grandissent et, un jour, l’ambiance de leur chambre ne correspond plus à leur âge. Le côté printanier, les fleurs et les couleurs vives fonctionnaient parfaitement, mais l’ensemble est trop enfantin maintenant. On change tout et on recommence. Place à une décoration plus en phase avec l’adolescence, avec quand même une touche ludique.

Donc, plus sérieux mais qui reste geek : bienvenue dans l’univers Harry Potter ! La chambre est une interprétation personnelle et moderne de la salle commune de la maison Poufsouffle, la maison de Poudlard où le Choixpeau a envoyé Mademoiselle. Les couleurs de Poufsouffle sont le noir et le jaune, ce qui est un peu trop contrasté pour une chambre, donc j’ai remplacé le noir par du gris, plus doux. Et ça tombe bien, car ce sont les couleurs Pantone 2021. En plein dans la tendance, et ce n’était même pas l’effet recherché !

Projet Poufsouffle - Inspiration et toile de fond

Pour les murs, j’ai choisi une peinture de la marque Argile, coloris « jaune de Malte ». C’est une peinture de qualité, au rendu velouté, facile à appliquer et bien couvrante. Pour choisir la teinte, je conseille d’acheter un échantillon de peinture et de faire l’essai. Ainsi, j’ai pu vérifier que le jaune choisi n’était ni trop foncé, ni trop vif, et qu’il fonctionnait bien avec les caractéristiques de la pièce (biscornue et sous les toits) et sa luminosité.

Pour tout le reste, à savoir le mobilier et les accessoires, j’ai choisi une peinture de la grande distribution (marque Luxens) qui se décline en plusieurs nuances. Pour le gris, j’ai pris la teinte « granit », nuances 1 à 5. Et pour le jaune, c’est « banana », nuances 1, 3 et 5.

Le travail a été assez colossal, car je craignais que les jolies fleurs de couleurs vives ne se voient au travers du jaune. Donc, grosse séance de ponçage de toutes les fleurs (j’avoue, j’ai un peu maudit les choix de la « moi » d’il y a 14 ans…), puis enduit et nouveau ponçage.

le ponçage des fleurs
le ponçage des fleurs

le ponçage des fleurs

Alors oui, j’aurais peut-être pu m’éviter une bonne partie du ponçage des fleurs en faisant directement une bonne passe d’enduit partout. Mais j’avoue que je n’avais pas une confiance aveugle en mes compétences à la taloche à enduire ; je m’en suis plutôt bien sortie pour une première fois, et c’est probablement lié au fait que je n’avais pas à maintenir trop d’épaisseur pour couvrir les couleurs des fleurs.

Première passe d'enduit et sous couche
Première passe d'enduit et sous couche
Première passe d'enduit et sous couche

Première passe d'enduit et sous couche

J’ai terminé par une sous-couche adaptée, et deux couches de jaune. Pour peindre, j'ai utilisé un rouleau à réservoir. C'était assez pratique dans cette pièce tordue, car cela permet de faire des pans de mur ou de toit d'une seule traite. En revanche, c'est un outil volumineux, et les accessoires vendus avec pour faire les angles et les détails ne sont pas très pratiques; mieux vaut utiliser un pinceau et un rouleau classique pour les travaux plus précis (bordures, plinthes, angles, zones difficiles d'accès).

Le résultat final est au-delà de mes espérances, très doux et agréable à l’œil, un vrai cocon.

Projet Poufsouffle - Inspiration et toile de fond

Publié dans Déco intérieure

Partager cet article
Repost0

Projet désencombrement: et si on rangeait?

Publié le par Froutt²

Je vais être très claire : si je peux être très rigoureuse et méticuleuse, ranger ne me vient pas naturellement et j’ai un seuil de tolérance au désordre assez élevé. Le bouillonnement créatif est mon élément. Ajoutons à cela la vie, le manque de temps, et la situation finit par devenir compliquée.

Arrivent 2020 et 2021 et leur idée fixe de nous coincer à la maison, et là, pas moyen d’y échapper : mon chez-moi déborde. Beaucoup. Trop. Du coup… par où je commence ?

Internet regorge de conseils en la matière. Listes, méthodes plus ou moins radicales, plans d’action infaillibles. Autant de systèmes imparables pour que votre intérieur soit plus immaculé qu’un cliché de magazine déco en même pas un week-end, ou 15 minutes par jour, à peine une semaine ! Il faut reconnaître qu’il y a quantité de conseils de bon sens. Mais finalement, au risque de caricaturer, ces méthodes ne traitent que des symptômes (que faire des objets ?) et ignorent le problème de fond.

Bref, ça ne fonctionnait pas pour moi. Et puis, j’ai eu un déclic.

Projet désencombrement: et si on rangeait?

J’ai fait des travaux et entièrement remodelé ma chambre dans la maison de mes arrière grand parents. La pièce, désormais correctement isolée, est plus petite, et il y a moins de rangements qu’avant (adieu, vieille armoire qui grince). Pourtant, elle paraît plus grande et elle est désormais toujours impeccable. Même pièce, même usage, même volume d’affaires à intégrer, mais plus aucune sensation d’encombrement. Pourquoi ?

La réponse est simple et a transformé ma vision des choses et le regard que je portais sur moi : cette chambre me correspond et je m’y sens vraiment bien. En clair, je ne suis pas fondamentalement désordonnée comme je le pensais (ou comme « on » me l’a mis dans le crâne…), c’est juste que mon environnement ne me plaît pas. Résultat, je ne m’y investis pas et je le dissimule sous un volume plus ou moins important de désordre.

Quelle libération !

Il a suffi que je change de regard sur mon intérieur, que je le regarde vraiment plutôt que de le subir, pour que les choses changent. Je ne dis pas que tout est devenu nickel immédiatement, loin de là, mais maintenant je sais par où commencer.

Pour bien ranger, il faut commencer… par ne pas ranger !

Et oui. Avant de trier, jeter, donner ou classer, j’ai fait le tour de chez moi avec un bloc et un crayon. Et j’ai tout noté, pièce par pièce. Les petits travaux anodins toujours en attente. Les couleurs qui ne plaisent plus. Le tableau accroché trop haut. L’agencement qui n’est pas logique. Tout ce qui ne collait plus à mes envies, mes goûts, mon style de vie. J’ai même fait des croquis !

Quelques exemples au hasard. Le salon est devenu un atelier couture, mais rien n’est aménagé à cet effet. Il n’y a vraiment pas assez de rayonnages pour les livres (même si je suis loin de tous les garder) alors que j’ai toujours rêvé d’une grande bibliothèque. La place qu’occupe le matériel vidéo (et l’électronique en général) est démesurée par rapport à l’usage qui en est fait. Les épices sont dans trois endroits différents de la cuisine.

Cette première étape permet de :

  1. déterminer quelles sont les utilisations réelles des espaces
  2. lister les problèmes
  3. réfléchir aux solutions. Il suffit parfois de déplacer des objets ou des meubles pour débloquer la situation et retrouver une logique. Ou de donner un petit coup de pinceau, de changer la couleur des coussins…
  4. se projeter
  5. éviter la « rechute » après rangement. Ranger un lieu qui ne plaît pas ne va pas le rendre plus plaisant à long terme. Il y aura toujours quelque chose qui cloche. Insidieusement l’envie ou le besoin de le dissimuler à nouveau va revenir, avec en prime un sentiment de culpabilité, d’incompétence, et un brin d’auto-flagellation ; ce n’est pas le but recherché.

Grâce à cette analyse préliminaire, il est plus facile d’avoir du recul, de la perspective… et de la patience. Il est aussi plus facile d’impliquer le reste de la famille : curieusement, on a plus de succès avec « si on redessinait le salon tous ensemble » qu’avec « venez m’aider à ranger ».

Je me sens déjà mieux dans mon salon rien qu’en imaginant ce qu’il deviendra. L’objectif est clair, les espaces et les objets se réorganisent en fonction de leur lieu de destination. Peu importe que la nouvelle bibliothèque ne soit encore qu’un projet : les piles de livres ne sont plus déprimantes (« où vais-je les mettre ? ») mais motivantes (« comment construire ma nouvelle bibliothèque ? »). Peu importe également que je ne sois pas encore sûre des couleurs que je vais choisir pour refaire le canapé ou repeindre le bureau ; ce qui compte, c’est d’avoir dépassé mentalement le beige et le chocolat actuellement en place.

Cet état d’esprit positif fait déjà son petit effet : mon désordre-camouflage se résorbe peu à peu de lui-même, car j’assume que certaines choses ne me plaisent pas ou plus. Plus besoin de les noyer dans le désordre, puisque je sais qu’elles vont finir par disparaître.

En résumé:

Avant de ranger, j’analyse mon habitat. Je note tout ce qui doit être réparé, ce qui ne fonctionne pas et ce qui ne me plaît pas. Je mets en place des solutions pour que mon intérieur (re) devienne pratique, logique et plaisant.

Publié dans Tranches de vie

Partager cet article
Repost0

Une robe de Reine

Publié le par Froutt²

Voici une nouvelle version du modèle "Cyclamen" tiré des "Contes de Fées intemporels" d'Astrid le Provost chez Flammarion, déjà réalisé en version plus courte pour une tenue de cirque et une robe de fée des fleurs.

Une robe de Reine

Une version royale, avec un bustier en velours rouge entièrement doublé de taffetas rouge; la jupe et les manches sont en taffetas rouge brodé et pailleté. Le bustier a été (patiemment) rebrodé à la main de perles, posées le long de la taille et du col. Toutes les fournitures viennent de chez Buttinette.

La pose des perles à la taille a été longue et fastidieuse: je les ai fixées une par une, j'ai repassé un fil par groupe de plusieurs perles. Au final, il y a au moins 3 ou 4 fils qui passent dans chaque perle. Grâce à cette méthode, les perles tiennent bien, et si un fil lâche, les perles restent et je peux facilement réparer.

La robe est complétée par une cape en velours rouge doublée de taffetas, également tirée des Contes de Fées Intemporels (la cape du prince).

Publié dans La malle aux costumes

Partager cet article
Repost0

Nouvelle rentrée, nouvelle jupe

Publié le par Froutt²

Cela n'aura échappé à personne, aujourd'hui, c'est la rentrée! Et qui dit rentrée scolaire, dit nouvelle jupe pour ma jeune écolière.

Nouvelle rentrée, nouvelle jupe

Le modèle est le même que celui confectionné l'an dernier, cette fois dans un magnifique tissu Cahier d'écolier de chez Motif Personnel. Le tissu du dessous est le chambray utilisé pour couvrir les albums photos des Etats Unis présentés ici, comme quoi, rien ne se perd!

Un dernier coup d'oeil sur le détail du tissu, qui plaît beaucoup à la principale intéressée, et c'est bien là le principal.

 

Nouvelle rentrée, nouvelle jupe
Partager cet article
Repost0

Albums photos esprit Far West

Publié le par Froutt²

Les pérégrinations américaines de grands-parents voyageurs ne sont pas sans conséquences sur mes activités. Non seulement il faut compléter leurs cadeaux souvenirs par une monture adaptée (Olivier le Cheval-bâton), mais en plus il faut leur créer des albums photos!

Voici donc le résultat, mélange de chambray, de rubans et de cuir:

 

Albums photos esprit Far West

Parmi les fournitures, vous aurez peut-être reconnu le chambray étoilé et une petite étoile des kits créatifs Once Upon Une Fois.

A propos des fournitures, justement, j'ai utilisé, pour chaque album:

  • un album photos vierge de 30 cm par 30 cm,
  • deux cartons de 31cm par 32cm, en 2 mm d'épaisseur, pour les couvertures
  • deux coupes de chambray de 76 cm de long pour respectivement 24 cm et 12 cm de large
  • une coupe de chambray à étoiles de 76 cm de long sur 8 cm de large
  • une coupe de chambray de 10 cm de large par 28 cm de long
  • deux coupes de rubans vintage de 76 cm de long
  • deux chutes de cuir

Les dimensions données ici sont les bonnes. En faisant les albums, et pour une raison qui m'échappe, j'ai coupé plus court, et c'était un peu juste. Faisable, mais juste.

Pour la réalisation de cet album, j'ai suivi les étapes de mon propre tuto, en les adaptant légèrement.

Albums photos esprit Far West

Commencer par assembler les trois bandes de chambray, et coudre le ruban sur les coutures d'assemblage du chambray. On obtient ainsi la couverture, qu'il suffit ensuite de coller aux cartons. Avant de passer au collage, faites un petit test avec une chute de tissu, pour vérifier que la colle ne traverse pas et ne laisse pas de vilaines auréoles.

Aligner les cartons sur la couverture en s'aidant d'une règle lourde, et en laissant entre eux l'espace correspondant à l'épaisseur de l'album et des cartons (ici, 6 cm).

Encoller un premier carton, le positionner, puis retourner pour bien faire adhérer le tissu et chasser les bulles d'air. Retourner à nouveau pour positionner le second carton et le coller en place.

Albums photos esprit Far West

Rabattre les grands côtés, puis les petits en formant de jolis angles (voir détails sur la photo ci-dessus). On colle enfin le dernier morceau de chambray au milieu pour renforcer le dos, et c'est terminé.

Il ne reste plus qu'à coller la couverture à l'abum photo, ce qui peut s'avérer un peu délicat (voir le tuto pour plus d'explications).

Pour décorer la couverture, j'ai ajouté des motifs découpés dans du cuir, une étoile et une botte, selon des dessins trouvés sur internet. J'ai donné un peu de relief à ces formes, en les agrémentant de lignes et d'étoiles, tout simplement en utilisant différents tournevis et un marteau pour marquer le cuir.

 

Albums photos esprit Far West

Et voilà! Deux albums, prêts à recevoir les quelques 600 photos et autres guides, prospectus et tickets ramenés d'outre Atlantique. Mais ça, c'est une autre histoire!

Partager cet article
Repost0

Olivier le Cheval-Bâton

Publié le par Froutt²

C'est l'histoire d'une jeune demoiselle dont les grands-parents, heureux pigeons voyageurs, sont revenus d'une escapade dans le grand ouest américain avec une authentique tenue de jeune cowboy. Inutile de préciser que la jeune demoiselle était aux anges!

Seulement voilà... qu'est-ce qu'un cowboy sans son fidèle destrier? Et miss Far West n'avait à sa disposition que des chevaux playmobil qui, avouons-le, ne risquaient pas de la mener bien loin. Du coup, j'ai farfouillé dans mes petites affaires, cherché des modèles, bidouillé un patron et... TaDam! Voici Olivier, cheval-bâton de son état, réalisé en un après-midi s'il vous plaît!

 

Olivier le Cheval-Bâton

Il a suffit d'un reste de tissu beige faux uni de chez Buttinette, d'un peu de laine de mon stock, d'une bonne dose de rembourrage, et de deux boutons, pour donner vie à ce cheval.

Pour la marche à suivre, rien de plus simple! Tout d'abord, voici le patron que j'ai bricolé, mélange d'un patron de renne Tilda, d'un MCI, et d'un patron trouvé sur le net (à imprimer sur une feuille A4 normale - marges de couture non comprises).

Olivier le Cheval-Bâton

Assembler la tête et le cou du patron au niveau des pointillés pour avoir la tête entière, puis couper dans le tissu 2 têtes et 4 oreilles. Marquer l'emplacement des oreilles et des yeux sur l'endroit des têtes.

Préparer la crinière. Pour ce faire, j'ai utilisé le cou de mon patron, et enroulé de la laine autour. J'ai ensuite posé un morceau de scotch sur la hauteur, coupé au milieu (à l'opposé du scotch), et fait une piqûre machine sur le scotch pour maintenir mes brins de laine ensemble. Bon, j'avoue, enlever le scotch n'a pas été une partie de plaisir, mais c'est bien pratique d'avoir une crinière à peu près solidaire au moment de l'assemblage.

Assembler la tête du cheval, endroit contre endroit, en plaçant la crinière entre les deux endroits à l'arrière de la tête. Dans mon cas, la crinière commence à peu près à l'aplomb de la marque de l'oreille. Attention à bien épingler, puis à piquer serré, car c'est très volumineux.

Personnellement, j'ai fait une première couture à la machine à coudre, puis j'ai renforcé par une seconde couture (toujours endroit contre endroit) à la surjeteuse.

Cranter les coutures si nécessaire et retourner sur l'endroit.

Assembler les oreilles 2 par 2, les coudre endroit contre endroit, puis les retourner et les fixer à leurs emplacement par une couture à la main. Coudre deux boutons pour les yeux.

Il ne reste plus qu'à rembourrer fermement votre tête de cheval, et à la fixer sur un bâton.

Olivier le Cheval-Bâton

Comme on peut le voir sur cette photo, j'ai choisi de recouvrir mon bâton du même tissu que la tête, et d'assembler tête et bâton par une solide couture.

Le bâton mesure 110 cm, et il traverse entièrement la tête du cheval pour une grande stabilité; environ 80 cm dépassent. Il est recouvert d'un tube de tissu de 85 cm de long sur environ 7,5 cm de circonférence.

Une fois le bâton gainé et bien calé dans la tête du cheval, j'ai retroussé les bords inférieurs de la tête vers l'intérieur, et j'ai cousu à petits points serrés.

Il ne reste plus qu'à dessiner un sourire et des naseaux, et c'est terminé! Au départ, j'avais utilisé des crayons pour tissu mais, n'étant pas entièrement satisfaite du rendu, j'ai repassé le dessin d'un point de tige.

Dernière étape: le filet. J'ai utilisé un ruban en velours de mon stock, il faut un peu moins de 2 mètres pour l'ensemble.

Olivier le Cheval-Bâton

Commencer par le tour du museau (ruban 1 sur la photo). Couper le ruban et le fermer en rond; si vous souhaitez comme moi ajouter des petits anneaux sur lesquels fixer les rênes, pensez à former une petite boucle de part et d'autre de votre cercle.

Pour les étapes suivantes, positionner le ruban à l'aide d'épingles et le couper à la taille voulue, en ajoutant une petite marge pour l'assemblage.

Couper le ruban 2, et le coudre au ruban 1 de chaque côté du museau. Couper le ruban 3, et le fixer au ruban 2 en formant un angle aigu. Enfin, couper le ruban 4 et le fixer perpendiculairement au ruban 2, au point de jonction du ruban 3.

Ajouter des rênes (assez courtes, 75 cm de ruban devraient suffire), et votre cowboy personnel est prêt à galoper dans le salon!

Publié dans Le coffre à jouets

Partager cet article
Repost0

Bleu Empire

Publié le par Froutt²

C'est certainement ma robe préférée tirée du formidable "Contes de Fées Intemporels" d'Astrid le Provost. Elle a beaucoup d'atouts: facile à coudre, d'un magnifique rendu, et très facile à mettre et à porter, puisqu'elle s'enfile tout simplement par la tête, sans fermeture éclair ni bouton.

Un bémol cependant: la copie du patron a posé quelques soucis, notamment parce qu'une pièce notée sur le patron... ne correspondait en fait à rien sur le modèle.

La robe est réalisée dans deux coupons trouvés chez Modes & Travaux.
Bleu empire blog

Publié dans Déguisons-nous

Partager cet article
Repost0

Carreaux de printemps

Publié le par Froutt²

Puisque le soleil semble vouloir s'installer ce week-end, on va pouvoir ressortir les tenues plus légères et les robes colorées. Et notamment la robe fétiche, la fameuse trapèze des Intemporels pour Enfants d'Astrid le Provost. Vous la connaissiez en version chats, la voici à carreaux, dans le même tissu que la jupe portée à la rentrée.

robe trapèze argyleLe tissu, comme toujours, vient de chez Motif Personnel, et les boutons de mon stock.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>